Pochette à lecteur de glycémie

Une de mes collègues m’a demandé une petite pochette pour ranger son lecteur de glycémie, avec une poche intégrée pour ses languettes. On a discuté ensemble de ce qu’elle voulait et des dimensions, et voilà le résultatJe l’ai cousue à l’arrache, avec du fil gris qui était sur ma mac (mais je trouve que ça va bien avec le rose). Pour la poche intérieure, j’ai quand même mis une canette de fil rose pour que ça reste discret sur le dos de la pochette.

Résultat, sa destinataire en est très contente, elle la trouve de dimensions parfaite pour ranger son petit matos et très pratique d’usage. Faut que j’essaie d’en refaire une en cuir, et une doublée. Celle-ci est très basique mais je voulais qu’elle l’ait le lendemain.

Pantalon sur mesure, méthode DP Studio

Pour mon anniv, j’ai demandé les 3 livres de patronage de DP Studio comme cadeau commun.

Ma fille me réclamait un pantalon large-en-haut-serré-en-bas depuis un petit bail et je procrastinais encore et encore, après ce que je considère comme un raté avec la méthode mode pour lol. Mercredi dernier j’ai pris mon courage à 2 mains, une règle et un perroquet, et je me suis lancée.

Premier essai, méthode Mode pour lol. J’en ai fait un noir aussi, avec poches, revers etc, mais pas pris en photo pour l’instant. La fourche est vraiment trop haute, et même en la réduisant sur le pantalon noir (que je ne désespère pas photographier porté un jour…), ça n’allait pas. En plus, sur les jambes rétrécies, la couture intérieure tourne vers le devant. Mais en bas de pyj c’est parfait et agréable.

Celui fait suivant la méthode DP Studio (ce coup-ci j’ai fait la toile directement dans le tissu idoine)Je le trouve bien plus seyant, et elle aussi (elle m’en a commandé d’autres, youpi!).

Par contre, j’aimerais faire disparaître les plis du dos sur les cuisses, si quelqu’un ou quelqu’une a la solution, you’ll make my day!

  • Il faut donc que je reprenne mon patron de base :
  • en rétrécissant le bas du pantalon : ici rétréci de 2 cm en bas des jambes
  • en le raccourcissant de 3 cm : ce qu’il est ici suite à une erreur de calcul du revers
  • en remontant les fausses poches du dos : je ne voulais pas que ça tombe sur les pinces, mais là c’est trop bas

Il faut que je m’essaie aussi au patron de base du corsage!

Défi des basiques : le Morgan boyfriend jeans

Je suis un peu en retard pour le défi des basiques de ma copine Viou, alors qu’il était fin prêt depuis belle lurette.

Ma fifille m’a réclamé un jeans boyfriend. J’ai tout de suite téléchargé le Morgan de Closet Case.

Coupé en 36, taille rehaussée pour qu’il arrive à sa taille naturelle. Tissu Bennytex,  il me semble. Malgré que j’ai raccourci un peu la fourche, elle fait quand même une belle moustache….Il est confortable, mais je ne le trouve pas si seyant que cela sur les photos. J’ai pourtant fait comme préconisé : cousu à grands points pour vérifier le tombé général. Mais bon, c’est un pantalon un peu large, il tombe donc un peu large…

Peut-être que le Port de Pauline Alice aurait mieux convenu?

 

Koke, draga moja

Il y a quelques années, j’ai eu la chance de rencontrer une femme exceptionnelle, qui en plus crée des vêtements dans un style que j’adore. C’est d’ailleurs le seul endroit où j’achète des fringues…

Pour lui rendre hommage (et pour le fun), je lui ai fait un petit sac…Patron perso (elle reconnaîtra :-)), tissu à pois des coupons St Pierre il me semble (ou Bennytex?), tissu gris offert, polaires MT. Pour une bonne tenue, le sac est triplé avec du molleton (du marché).

J’aime les sacs bien fermés, donc j’ai mis un zip, mais j’ai bien galéré à trouver comment le poser. Et j’aime les sacs à poches donc il y en a une à l’intérieur.

Sinon, je fais des essais de patronage, mais j’ai quelques photos à prendre…

Luzerne : GRC et destockage

Dès que j’ai vu le patron, j’ai cliqué pour l’acheter, en pdf pour avoir toutes les tailles.

Et je l’ai fait dans la foulée, mais tellement pressée que j’ai négligé tous ces bons conseils que je donne jour après jour : prends le temps d’adapter ta taille, etc.

Je fais 44 en haut et 46 en bas, j’ai coupé 46 partout (mais qu’est-ce qui m’a pris?), et je m’y suis mise aussitôt, tellement j’avais hâte de la mettre (ma Luzerne). Sauf que, 46 en haut c’était trop large, une copine l’a tout de suite vu et on a rattrapé ça toute les 2, à une aprem couture.

Et ensuite il a traîné 1 semaine pleine sans que j’y touche, alors qu’il ne restait plus que la surpiqûre tout autour, l’ourlet du bas et les boutons à mettre. Mais bon, aussitôt finie, aussitôt portée.Les photos prises avec mon téléphone portable ne sont pas terribles,  sur beaucoup ma tête est coupée, mais ce sont les seules que j’ai.

Je me suis rendue compte aussi que le dos est un peu grand en hauteur, et que je n’aime pas trop l’emplacement de la ceinture, qui découvre la couture de taille. Et je trouve que cette coupe ne me sied pas trop, mais je le porte avec beaucoup de fierté et de bonheur quand même!

Patron Luzerne de D&D, 46 taille et hanches, 44 poitrine, tissu du marché (j’ai joué à tétris et doublé la poche en coton et cousu la parementure dos dans un autre tissu). J’ai entoilé avec un coton fin, tissu du marché également = déstockage de Ta’Thilde!

Adaptations : plis creux à la place des plis plats (je vais peut-être les faire plats quand même dans le dos), pas d’entoilage thermocollant, pas de ganses mais un surjet, pas de boutonnières passepoilées.

Jersey for ever

Le jersey, c’est la matière que je préfère. Toujours confortable, facile à travailler. Oui, FACILE à travailler, même avec une mac qui a des points pour le jersey. Et puis, si par malheur il y a un petit décalage entre 2 pièces, hop, on tire un peu et ni vu ni connu, tout s’emboîte parfaitement (pour un petit décalage).

Et surtout confortable! Et de bonne composition : pour un petit haut ou une robe vite-faits bien faits, rien de mieux! Il suffit de placer un vêtement dont on aime la taille plié en 2 sur le tissu plié en 2 dans le sens de la longueur (lisière sur lisère), puis à nouveau plié en 2 (pli sur lisière), de couper autour en laissant les marges de couture, et hop! Recreuser ensuite l’encolure devant. De la couture facile, rapide et efficace.

Une jeune femme, venue un we de l’année dernière, n’avait plus rien à se mettre (au sens littéral du terme). Elle est repartie avec certaines de mes D, + quelques unes pour elle, ainsi que 2 leggings (burda d’il y a bien 25 ans, LE patron que j’utilise depuis tout ce temps). Pour transformer cette tunique en robe de grossesse, j’ai coupé le dos au pli, et j’ai décalé ce pli sur le devant (le patron contre le pli au niveau de l’encolure, mais à 4 ou 5 cm en bas). De cette manière, le devant est plus large au niveau du ventre, en gardant la bonne largeur de carrure. Patron D (tunique japonaise hyper célèbre), tissu du marché (fin de coupon, 20 ans après l’achat) (youpi! Un coupon en moins!)

Une autre fin de coupon, du Stoffenspectakle, pour un t-shirt/tunique Porté avec un pantalon également fait maison.

J’adore ces petites cousettes rapides et gratifiantes, enfilées dès que tombées de la mac.

Mais les grosses pièces c’est bien aussi : j’ai presque fini ma Luzerne! 🙂

Les jours heureux : Belladone, His’n Hers et patron jap

C’était l’été 2015, avant le mariage de ma nièce. Les jours se suivaient et se ressemblaient, insouciants et joyeux : couture, baignades, promenades, paysages enchanteurs, …

Pour le mariage de ma nièce, donc, j’ai passé les vacances à coudre des essais, à tester des patrons. Le pied total quoi.

Je voyais bien ma fille en Belladone, et elle aussi (pour une fois qu’on était d’accord ;-)). Le modèle d’essai a été cousu dans un coupon de lin des Coupons de St Pierre et j’ai eu un véritable coup de coeur quand elle a essayé la robe finie (elle aussi).Classe mais aussi parfaite pour un câlin avec son chienchien.

Cette sortie a aussi été l’occasion pour M. Rouge d’étrenner la toile de sa future chemise, avec un pantalon tiré d’un livre japonais (Men’s pants) qu’il adore en vacances : tissu léger et coupe cool.(En situation, le lendemain du mariage)

En voyant cette Belladone si belle, une autre jeune fille a eu envie de s’en coudre une, ce qu’elle a fait, dans le reste d’un coupon de lin bleu marine des Coupons St Pierre. Cela a donné lieu à quelques photos sympas des demoiselles.Belladones de D&D, lin, tailles 34 et 36. Sans les poches pour celle de ma fille (je la trouve plus classe sans les poches).

Chemise de M. Rouge : patron pdf gratuit His’n Hers de Biquette, tissu acheté sur place, je ne sais plus quelle taille. J’ai modifié l’encolure pour y poser un pied de col et un col.

Pantalon Men’s pants, livre 95 chez les Jca’s, tissu du marché, je ne sais plus la taille, c’est un patron que je fais depuis des années.

Et un arbre magnifique, pris en photo pour l’inspiration, pour mon chaudronnier chéri.

Bref, j’ai recousu une Rita

Rita, c’est mon manteau fétiche, celui que j’aime par-dessus tout. Toujours chez Make my lemonade, et toujours gratuit en pdf.

Nouveau challenge avec celui-ci : tout faire tenir dans 1,66m de laine bouillie. Exit la parementure…. J’ai fait une toile dans un lainage plus rigide. Ca donne très bien mais sa destinataire était un peu engoncée dedans (du coup je ne l’ai pas tout à fait terminé).

Alors hop, je me suis directement lancée dans la laine bouillie, qu’on lui avait offerte il y a quelques années et dans laquelle elle n’avait jamais osé couper. Ca m’a donné quelques sueurs froides…

Bien sûr, j’ai du jouer au  Tétris, et même faire les manches en 2 parties (en coupant verticalement, parallèlement au droit fil).Les 2 côtés devant sont bien de la même taille, je ne sais pas ce qui s’est passé avec la photo… les poches sont doublées pour plus de confort.Et voilà Môssieur pot de colle qui squatte…J’ai descendu les pinces de 2 cm, selon ces tutos : celui de la machine à coudre et celui de D&D. Et j’ai diminué la tête de manche de 2 cm, tout comme l’épaule. J’ai cousu l’encolure contre la doublure, mais avec une bande de tissu dans le droit fil (et avant j’avais fait une couture de maintien sur la laine bouillie, petit rappel vu je ne sais plus sur quel blog, mais comme j’ai été contente de le lire!)Le pli dans la doublure n’est pas des plus heureux à cet endroit, mais même si je l’ai coupée (la doublure) dans le biais pour garder l’élasticité du tissu, je voulais aussi un pli d’aisance sur le devant pour cette même raison. En effet,  nous n’avons pas trouvé de jersey dont la couleur aille aussi bien que ce je ne sais quelle matière (microfibre?). Si ça la gène ou que ça ne lui convient pas, un petit coup de découd vite, une meilleure répartition de l’embu et il n’y paraîtra plus.Pour la jonction repli/ourlet, j’ai un peu galéré pour faire un bel angle, et j’y suis pas mal arrivée. Et voilà, prête pour demain (aujourd’hui en fait).

J’ai d’autres trucs projets sur le feu, youpi!

Je couds ma garde-robe etc : robe et culotte

J’ai enfin trouvé le temps de faire des photos, et de me coudre une robe! (enfin!!!!!!!!)

Les culottes, c’était déjà fait en janvier, mais la robe… J’ai craqué quand j’ai vu celle de Fleurdelys. en plus je l’avais, ce Burda (merci ma bs!).

Pour les culottes j’ai utilisé 2 patrons : celui d’un vieil Ottobre (très confortables, et déjà testé)

Et puis celle d’Etoffe malicieuse, le modèle de base (c’était pour tester). J’en ai fait une aussi à une amieblog, pour le clin d’oeil. La sienne a un noeud corail sur le devant. Elle est très confortable aussi. Jerseys coton lycra du marché. Très chouette pour passer les chutes.

La robe a été commencée et terminée vendredi (main et soir), et miracle, prise en photo aujourd’hui. C’est la toile de la certainement future définitive. mais cette toile me plaît bien. Allez, une petite galerie de portraits 😉 clic clic pour agrandir l’image!  Robe 112 burda décembre 2016. Tissu du marché : un jersey pas très élastique et un peu transparent. Avec l’ajout d’un petit volant coupé dans l’arrondi du tissu pour l’allonger un peu. Taille 44 en haut, 46 à partir de la taille (juste un trait tiré du repère de taille 44, jusqu’au bas taille 46)

Elle est très confortable et j’aime bien la coupe et le col V décolleté juste comme il faut. Il faut que je la tente aussi dans une matière non élastique, comme Fleurdelys, pour voir ce que ça donne.

Le sac de sa vie

Outch, ça faisait bien longtemps que je n’étais pas passée par ici, surtout par manque d’énergie. Et nous voici en 2017, année des relevailles (c’est notre bonne résolution, la seule prise à la nouvelle année). L’année où notre vie gauchie va reprendre un peu de droititude. Nous avons traversé 2016 je ne sais comment, il est temps de (il faut) reprendre les rênes. Et pour ce faire, quoi de mieux que de se dépasser un peu, sur un gros projet jamais tenté?

Pour Noël, j’avais décidé que ça serait des cadeaux faits maison, sur le thème du cuir ou des sacs (il y en a un en simili, une commande spéciale). Bien sûr j’ai terminé le 24 au soir, alors que la famille était déjà là (ils ont tous l’habitude de la couture de dernière minute, c’est devenu un sujet récurrent de plaisanterie). Du coup aucune photo faite, ô rage, ô désespoir, ô inconséquence ennemie!

Les cuirs proviennent de Stock cuir, une boutique en ligne qui vend de beaux cuirs et qui est très professionnelle (très bon suivi et retour client).

Depuis quelques années, ma nièce C me répétait encore et encore que son sac était le sac PARFAIT. Celui de la bonne taille, avec les bonnes poches, etc. Mais le pauvre avait bien souffert au cours des années de bons et loyaux services rendus.  Je lui ai donc proposé de lui en refaire un à l’identique, dans les couleurs de son choix, en cuir de veau Swift, une très belle qualité de cuir, qui vieillit très très bien.

Elle m’a envoyé son sac, la mort dans l’âme (les affres de la séparation), et quand je l’ai ouvert, j’ai pu constater l’ampleur des dégâts. on dirait un vieux doudou non?

Alors oui, elle le prenait tous les jours tel quel, parce comme elle l’aimait d’amour elle ne voyait pas sa décrépitude. L’amour rend aveugle, n’est-il pas?

J’ai décousu toutes les pièces du sac, au moins sur une moitié, et fait un patron. Et aussi récupéré ce qui pouvait l’être : les boucles, le truc de ceinture pour le fermer, les pressions magnétiques des poches (un peu rouillées, mais auxquelles j’ai donné une nouvelle jeunesse en les frottant avec du papier alu, ça fonctionne très bien), la fe de la doublure. Tout ça parce que comme ça il serait vraiment à l’identique, et aussi parce que comme pour un doudou, elle gardera une partie de son sac d’origine.

Donc, voici les photos avant/aprèsJ’ai fait le rabat moins grand par manque d’anticipation : j’avais mesuré, mais en testant sur mon sac en cuir (avant de poser la fe du sac et les côtés), il me paraissait trop grand et dépassant sur petites anses. Du coup je l’ai cousu plus à l’arrière et je crois même que je l’ai coupé un peu… (damned, j’aurais dû faire confiance au patron)On voit bien les boucles récupérées, mais cette pression magnétique est neuve car sur le sac d’origine c’était un bouton pression (et j’ai su pourquoi quand j’ai galéré à coudre autour sur la patte qui se rabat dessus).Je ne suis pas super contente de ma fe qui gondole un peu à l’arrière, mais ça passe quand même. Et on voit bien là aussi que j’ai cousu le rabat du sac plus vers l’arrière (aaarg).Les poches latérales, fermées par une pression magnétique (récupérées sur l’ancien sac, donc), prise dans la parementure de poche. Les poches sont doublées.Doublure claire comme elle voulait, avec une poche zippée (zip récupéré sur l’ancien sac). Pour faire les poches zippée, j’ai suivi le super tuto de Sacôtin, tout est nickel et les finitions parfaites.2 poches passepoilées de l’autre côté, dont une à soufflet (en fait une bande de tissu, pliée pour faire les soufflets de la petite poche).De quoi mettre ses petites affairesEt même beaucoup d’affaires…

Porté

Elle est super contente de son sac, et même, fierté suprême, le lendemain elle a dû expliquer à 2 jeunes hommes que c’était moi qui l’avait fait et non acheté (la classe).

J’ai fait un autre sac en cuir, mais j’attends les photos (ô rage, ô désespoir, ô inconséquence ennemie….).