Défi du 23 conjurer le sort : toile du manteau le Précieux

Alors voilà, en novembre ou décembre j’ai commandé 2 coupons chez Couturette. Un magnifique caban rouille et une non moins magnifique microfibre (malheureusement pleine d’électricité statique, comme toutes celles que j’ai) (cherchez pas, c’est moi qui leur fait cet effet).

Quand ma fille a vu le tissu caban sécher elle m’a dit plusieurs fois qu’elle l’adorait. Le message est passé, et on a cherché le modèle qui lui plairait. Pas le Magnésium ni le manteau de Carmen, elle veut un manteau cintré. Du coup, j’ai décalqué Le Précieux de la Jolie Girafe hier, avec comme objectif d’en faire la toile pour mon défi du 23, dans un vieux double-rideau donné par une copine.

Elle veut un col tailleur, donc j’ai adapté l’encolure et le col tailleur du Magnésium d’Ivanne S.

Comme Mafillechérie n’est pas encore rentrée, j’ai pris les photos sur un mannequin qui a à peu de chose près ses mensurations. Le truc, c’est que malgré que je me sois dit que la partie extérieure devait être le côté blanc du tissu, j’ai un peu merdé. Du coup certaines coutures sont apparentes….

Nathalie (la Jolie girafe), prévient que l’embu de la tête de manche est conséquent et que les fronces sont obligatoires sur tissu fin, mais je n’ai pas eu de mal à le répartir avec des pinces (en plastique), puis avec mes doigts en les cousant. Du coup je les trouve nickel.

J’espère qu’il lui plaira et qu’elle le trouvera assez cintré, parce qu’il est un peu évasé quand même (mais j’adore cette coupe!), et elle est très difficile en matière de choix de fringues….

<3 depuis toujours et pour toujours.

Premier projet 2019 : Magnésium!

J’avais besoin d’un nouveau manteau (chaud), et j’avais dans mon sock un coupon de lainage que ma mère m’avait donné il y a bien bien longtemps et qui attendait patiemment son heure… Qui a failli ne jamais arriver tellement il me piquait la peau. J’ai été tentée de m’en débarrasser plusieurs fois, même si j’adore le motif.

Une fois mon projet arrêté (en 2018), je me suis mise en quête du patron parfait pour ce coupon, et à mon goût. J’ai décalqué pas moins de 3 patrons : tout d’abord Le Précieux d’ODV et Le manteau de Carmen, mais tous ces raccords à prévoir m’ont donné le vertige.

Je me suis alors tournée vers un classique dont les nombreuses réalisations m’ont toujours mis l’eau à la bouche, et dont vous aurez certainement deviné le nom en lisant le titre de mon article, Magnésium d’Ivanne S.

Très peu de pièces à décalquer et à couper et de coutures à faire correspondre. D’après les photos, un très beau tombé. J’ai positionné le milieu dos au milieu de mon coupon, coupé la première moitié avant de plier le lainage et de couper la 2e moitié exactement symétriquement. J’avais auparavant coupé le premier devant, que j’ai placé sur le tissu pour avoir aussi une symétrie parfaite.

J’ai choisi le modèle le plus simple, avec le col rabattu, mais dont j’ai fait les pointes pointues et non arrondies. Je voulais aussi des poches à revers. En fait je voulais tester les poches de mon cours Crafsty sur les poches. C’est un super cours dispensé par Kenneth D. King, qui explique magnifiquement comment faire. Ses poches à revers sont cousues sans couture apparente, avec une super méthode.

Montage normalement sur organza, pour moi sur une doublure transparente.
en haut l’endroit du revers, en bas l’envers
Et voilà, un magnifique revers sans couture apparente!
le sac de poche côté doublure
le sac de poche côté manteau, avec un pli pour éviter que la poche poche (vous avez bien lu)

J’ai profité d’une visite pour faire quelques photos sans les boutons et boutonnières. Le montage est un pur plaisir, tout s’est parfaitement emboîté. J’ai pu tout coudre à la machine et c’est la première fois que ça m’arrive.

Pour ne pas avoir le tissu qui pique contre ma peau, j’ai coupé les parementures, les revers de poche et le col dans une chute de velours ras tissé très serré, d’une épaisseur similaire à celle du lainage.

J’étais bien déçue qu’il ne soit pas terminé lundi dernier (j’avais quand même passé 3 nuits presque blanches pour le terminer…), mais je ne voulais pas bâcler la fin.

D’autant plus que le tissu de doublure ouatinée (offert par ma belle-mère, c’est un manteau affectif), a resserré les manches et cela a fait une vilaine grimace à la couture de jonction.

Du coup j’ai remis le manteau sur l’envers, décousu la doublure de manche de la parementure, ajouté un triangle de tissu, recousu la doublure de manche à la parementure et retourné le tout sur l’endroit.

la base du triangle est en bas de la manche

Ce matin j’ai fait des essais de boutonnière à la machine, mais je trouvais le résultat moche (le bourdon n’était pas assez long). J’ai donc décidé de les coudre à la main. Ma belle-mère m’avait montré comment faire il y a quelques mois (tant mieux!!!).

J’avais rendez-vous avec une amie pour aller à une expo, et je voulais ABSOLUMENT porter mon beau manteau. Je suis allée chez elle avec juste la boutonnière et le bouton du haut cousus. J’en ai cousu 2 autres chez elle. Les photos suivantes ont été prises par mon amie (avec 3 boutons, donc).

à l’expo, dans un cercle de lumière 🙂

Depuis, mon beau manteau a 6 boutonnières et 6 boutons! Je ne sais pas encore si je vais lui en rajouter un/une 7e.

Et un cordon pour le pendre (que j’ai oublié d’insérer entre la parementure et la doublure).

Noël : une pochette Mia (+ tuto pour tout assembler à la machine)

L’année dernière, j’avais déjà cousu une pochette Mia de Petit patron. J’y avais pris beaucoup de plaisir et elle est très pratique. Le patron est très bien pensé, SAUF que je n’aime pas la manière dont la doublure est solidarisée à la pochette, par une couture main.

J’avais modifié ce point, un peu à l’arrache, dans l’urgence. Cette année, une jeune femme a choisi cette pochette comme cadeau, et j’y ai mieux réfléchi. J’ai pris quelques photos pour réaliser un tuto et demandé à Margaux, la créatrice du patron, l’autorisation de le publier. Elle m’a donné son accord.

La version choisie pour cette pochette est la plus simple, sans oreilles ni poche.

Ce tuto porte uniquement sur la manière de solidariser la doublure à la pochette. En ce qui concerne les autres étapes, se reporter aux instructions du patron.

Tout le monde est prêt? Ajmo!

Couper les pièces comme indiqué sur les instructions du patron, SAUF la doublure, à ne pas placer au pli du tissu mais à couper en 2 parties (très important pour la suite). Ne pas oublier d’ajouter les marges de couture! Puis suivre les instructions jusqu’à l’étape 9 incluse.

Pour la doublure, étapes 12 et 13. Mais, au lieu de coudre le repli de 1 cm en haut, le laisser « volant ». Je pense que ça fonctionnerait très bien avec la méthode utilisée par Margaux, mais je voulais me laisser une petite liberté d’assemblage si ça n’avait pas fonctionné comme je l’espérais.

Piquer les côtés de la pochette à l’extension du zip (de part et d’autre du zip).

Voilà ce que ça donne sur l’endroit

et sur l’envers

Répéter l’opération de l’autre côté, en n’oubliant pas d’ouvrir le zip à environ la moitié, pour pouvoir retourner la pochette.

Piquer le fond de la doublure sur 4 à 5 cm de chaque côté, puis suivre les instructions pour terminer la pochette. Retourner pour mettre sur l’endroit et fermer la couture du fond de la doublure à la main ou à la machine.

Terminer par une couture main pour assembler les petits côtés de la doublure le long de chaque extrémité du zip.

Noël : une pochette de jeu (et opération déstockage)

Pour le dernier déstockage de 2018, organisé par Scrapaboom, non pas ma dernière cousette, non photographiée pour l’instant, mais une nouvelle pochette! Pour une fillette qui joue beaucoup avec des Sylvanian.

J’avais fait une pochette de jeu à son frère, à un autre Noël, et j’avais dans l’idée d’en faire une du même genre, mais dans le style de celle de Laetibricole. En zonant sur Pinterest, je suis tombée sur celle de Soize, que nous avons trouvée GÉNIALE, la maman et moi.

J’en ai copié les bases, en adaptant.

Le côté « intérieur » de la maison est composé de l’incontournable salle-de-bain, d’un salon ouvert sur la cuisine, d’une chambre d’enfants et de la chambre des parents. Les couvertures ne sont cousues que d’un côté, pour faciliter le couchage (mais ça glingue un peu, il faut bien l’avouer).

Au lieu du velcro pour fermer le repli du mini tapis, j’ai posé des pressions Kam qui font aussi office d’éclairage. La baignoire n’a pas de pied, et un pommeau de douche amovible pour que la petite puisse bien laver ses Sylvanian. Le lavabo est posé sur un meuble dont les portes s’ouvrent.

Le tapis a été crocheté. Comme le sol est velours à grosses côtes beige (du parquet!), je voulais un tapis coloré. Et j’adore les arc-en-ciel… Le point est simple : une maille serrée une maille en l’air etc. Au rang suivant, changement de couleur (et un nœud à chaque changement de couleur, les fils feront les franges).

La face B est le jardin, avec un toboggan (avec une échelle crochetée), un espace pelouse pour se relaxer, un bassin avec des poissons rouges (crochetés), un jardin de fleurs (crochetées) et une piscine.

Ma sœur m’a soufflé l’idée de faire une « vraie » piscine, en 3D. L’essai a été réussi 🙂

Pour compléter le décor, j’ai cousu un traversin, des coussins et j’ai coupé des ouvertures, qu’on peut utiliser à l’intérieur comme à l’extérieur.

Une fois replié, cette pochette ne prend presque pas de place. J’en ai bien sué pour poser la pression du milieu (j’ai doublé avec de la ouatine, ça fait une épaisseur certaine).

Un projet comme je les adore, et elle a tout de suite joué avec 🙂