Défi du 23 conjurer le sort : toile du manteau le Précieux

Alors voilà, en novembre ou décembre j’ai commandé 2 coupons chez Couturette. Un magnifique caban rouille et une non moins magnifique microfibre (malheureusement pleine d’électricité statique, comme toutes celles que j’ai) (cherchez pas, c’est moi qui leur fait cet effet).

Quand ma fille a vu le tissu caban sécher elle m’a dit plusieurs fois qu’elle l’adorait. Le message est passé, et on a cherché le modèle qui lui plairait. Pas le Magnésium ni le manteau de Carmen, elle veut un manteau cintré. Du coup, j’ai décalqué Le Précieux de la Jolie Girafe hier, avec comme objectif d’en faire la toile pour mon défi du 23, dans un vieux double-rideau donné par une copine.

Elle veut un col tailleur, donc j’ai adapté l’encolure et le col tailleur du Magnésium d’Ivanne S.

Comme Mafillechérie n’est pas encore rentrée, j’ai pris les photos sur un mannequin qui a à peu de chose près ses mensurations. Le truc, c’est que malgré que je me sois dit que la partie extérieure devait être le côté blanc du tissu, j’ai un peu merdé. Du coup certaines coutures sont apparentes….

Nathalie (la Jolie girafe), prévient que l’embu de la tête de manche est conséquent et que les fronces sont obligatoires sur tissu fin, mais je n’ai pas eu de mal à le répartir avec des pinces (en plastique), puis avec mes doigts en les cousant. Du coup je les trouve nickel.

J’espère qu’il lui plaira et qu’elle le trouvera assez cintré, parce qu’il est un peu évasé quand même (mais j’adore cette coupe!), et elle est très difficile en matière de choix de fringues….

<3 depuis toujours et pour toujours.

Premier projet 2019 : Magnésium!

J’avais besoin d’un nouveau manteau (chaud), et j’avais dans mon sock un coupon de lainage que ma mère m’avait donné il y a bien bien longtemps et qui attendait patiemment son heure… Qui a failli ne jamais arriver tellement il me piquait la peau. J’ai été tentée de m’en débarrasser plusieurs fois, même si j’adore le motif.

Une fois mon projet arrêté (en 2018), je me suis mise en quête du patron parfait pour ce coupon, et à mon goût. J’ai décalqué pas moins de 3 patrons : tout d’abord Le Précieux d’ODV et Le manteau de Carmen, mais tous ces raccords à prévoir m’ont donné le vertige.

Je me suis alors tournée vers un classique dont les nombreuses réalisations m’ont toujours mis l’eau à la bouche, et dont vous aurez certainement deviné le nom en lisant le titre de mon article, Magnésium d’Ivanne S.

Très peu de pièces à décalquer et à couper et de coutures à faire correspondre. D’après les photos, un très beau tombé. J’ai positionné le milieu dos au milieu de mon coupon, coupé la première moitié avant de plier le lainage et de couper la 2e moitié exactement symétriquement. J’avais auparavant coupé le premier devant, que j’ai placé sur le tissu pour avoir aussi une symétrie parfaite.

J’ai choisi le modèle le plus simple, avec le col rabattu, mais dont j’ai fait les pointes pointues et non arrondies. Je voulais aussi des poches à revers. En fait je voulais tester les poches de mon cours Crafsty sur les poches. C’est un super cours dispensé par Kenneth D. King, qui explique magnifiquement comment faire. Ses poches à revers sont cousues sans couture apparente, avec une super méthode.

Montage normalement sur organza, pour moi sur une doublure transparente.
en haut l’endroit du revers, en bas l’envers
Et voilà, un magnifique revers sans couture apparente!
le sac de poche côté doublure
le sac de poche côté manteau, avec un pli pour éviter que la poche poche (vous avez bien lu)

J’ai profité d’une visite pour faire quelques photos sans les boutons et boutonnières. Le montage est un pur plaisir, tout s’est parfaitement emboîté. J’ai pu tout coudre à la machine et c’est la première fois que ça m’arrive.

Pour ne pas avoir le tissu qui pique contre ma peau, j’ai coupé les parementures, les revers de poche et le col dans une chute de velours ras tissé très serré, d’une épaisseur similaire à celle du lainage.

J’étais bien déçue qu’il ne soit pas terminé lundi dernier (j’avais quand même passé 3 nuits presque blanches pour le terminer…), mais je ne voulais pas bâcler la fin.

D’autant plus que le tissu de doublure ouatinée (offert par ma belle-mère, c’est un manteau affectif), a resserré les manches et cela a fait une vilaine grimace à la couture de jonction.

Du coup j’ai remis le manteau sur l’envers, décousu la doublure de manche de la parementure, ajouté un triangle de tissu, recousu la doublure de manche à la parementure et retourné le tout sur l’endroit.

la base du triangle est en bas de la manche

Ce matin j’ai fait des essais de boutonnière à la machine, mais je trouvais le résultat moche (le bourdon n’était pas assez long). J’ai donc décidé de les coudre à la main. Ma belle-mère m’avait montré comment faire il y a quelques mois (tant mieux!!!).

J’avais rendez-vous avec une amie pour aller à une expo, et je voulais ABSOLUMENT porter mon beau manteau. Je suis allée chez elle avec juste la boutonnière et le bouton du haut cousus. J’en ai cousu 2 autres chez elle. Les photos suivantes ont été prises par mon amie (avec 3 boutons, donc).

à l’expo, dans un cercle de lumière 🙂

Depuis, mon beau manteau a 6 boutonnières et 6 boutons! Je ne sais pas encore si je vais lui en rajouter un/une 7e.

Et un cordon pour le pendre (que j’ai oublié d’insérer entre la parementure et la doublure).

Noël : une pochette Mia (+ tuto pour tout assembler à la machine)

L’année dernière, j’avais déjà cousu une pochette Mia de Petit patron. J’y avais pris beaucoup de plaisir et elle est très pratique. Le patron est très bien pensé, SAUF que je n’aime pas la manière dont la doublure est solidarisée à la pochette, par une couture main.

J’avais modifié ce point, un peu à l’arrache, dans l’urgence. Cette année, une jeune femme a choisi cette pochette comme cadeau, et j’y ai mieux réfléchi. J’ai pris quelques photos pour réaliser un tuto et demandé à Margaux, la créatrice du patron, l’autorisation de le publier. Elle m’a donné son accord.

La version choisie pour cette pochette est la plus simple, sans oreilles ni poche.

Ce tuto porte uniquement sur la manière de solidariser la doublure à la pochette. En ce qui concerne les autres étapes, se reporter aux instructions du patron.

Tout le monde est prêt? Ajmo!

Couper les pièces comme indiqué sur les instructions du patron, SAUF la doublure, à ne pas placer au pli du tissu mais à couper en 2 parties (très important pour la suite). Ne pas oublier d’ajouter les marges de couture! Puis suivre les instructions jusqu’à l’étape 9 incluse.

Pour la doublure, étapes 12 et 13. Mais, au lieu de coudre le repli de 1 cm en haut, le laisser « volant ». Je pense que ça fonctionnerait très bien avec la méthode utilisée par Margaux, mais je voulais me laisser une petite liberté d’assemblage si ça n’avait pas fonctionné comme je l’espérais.

Piquer les côtés de la pochette à l’extension du zip (de part et d’autre du zip).

Voilà ce que ça donne sur l’endroit

et sur l’envers

Répéter l’opération de l’autre côté, en n’oubliant pas d’ouvrir le zip à environ la moitié, pour pouvoir retourner la pochette.

Piquer le fond de la doublure sur 4 à 5 cm de chaque côté, puis suivre les instructions pour terminer la pochette. Retourner pour mettre sur l’endroit et fermer la couture du fond de la doublure à la main ou à la machine.

Terminer par une couture main pour assembler les petits côtés de la doublure le long de chaque extrémité du zip.

Noël : une cape de portage

De jeunes parents m’ont passé commande pour leur enfant, qu’ils portent en écharpe. La maman m’a envoyé le lien vers le tuto très bien fait de Fée main, mais il y avait comme un problème : leur enfant est plus grand et l’amplitude d’un pied à l’autre est de 96 cm.

Après moultes recherches sur les internet et une cogitation intense (j’ai douté jusqu’à la fin), j’ai adapté le patron. La capuche a été agrandie, le patron est devenu trapèze (1,20 m en bas), j’ai mis un bord côte dans le bas pour un meilleur fronçage, un autre entre la capuche et le corps de la cape pour froncer la capuche, et cousu le cordon de serrage au milieu du bas de la cape.

Elle va très bien, mais je trouve la poche un peu trop basse.

Tissu sofshell doublé polaire et mercerie de Tissus des Ursules.

Défi du 23 conjurer le sort : nos cœurs et tes étoiles

3 ans, 3 putains d’années. Le temps passe à la fois si lentement et si vite…

Mon défi d’aujourd’hui est bien sûr pour toi. Nos cœurs où l’on te sent tellement plus depuis 3 ans et une étoile pour chacun de nous, celle que l’on sent veiller sur nous

<3 depuis toujours et pour toujours

En les accrochant, je me suis rendu compte que d’autres étoiles et d’autres cœurs avaient été accrochés. Certains que je connais et d’autres non…

Pochette à cigarettes et à monnaie

Mon cousin m’a passé une commande précise : une pochette en cuir, pour y mettre ses cigarettes et sa monnaie. Sur le modèle de celle qu’il avait déjà, en simili, mais qu’il trouvait trop large et qui ne rentrait pas dans ses poches de chemises. Et dont le simili « accrochait » les cigarettes qu’il y mettait. Les meures idéales pour lui étaient 8 x 11 cm.

J’ai choisi 2 cuirs différents : un un peu épais et raide pour les cigarettes, et un très souple pour la partie porte-monnaie.

C’était un petit chantier sympa et rapide (hors délai de réflexion, bien sûr) et il était ravi de son nouvel étui.

Tawashis, le retour

Dernièrement, j’ai eu quelques commandes de tawashis. Et j’ai découvert de nouveaux modèles, que j’ai adaptés au rendu que je voulais.

Toujours au crochet, et toujours en acrylique. Un moyen sympa de passer les chutes de fil ou les pelotes qui boulochent au premier essayage.

Tout d’abord des cœurs. j’adore les cœurs et j’en ai trouvé un que j’ai adoré au premier coup d’œil, sur cette page.

J’en ai fait des rouges, des oranges, un rose, un vert. mais il j’ai oublié de prendre des photos de tous, la lose…

crocheté en suivant la grille, sauf le dernier rang, pur lequel j’ai préféré faire des picots.
modifié : pas de bouboules et adapté pour qu’il soit plus petit

Et puis aussi des chats. Des gris, un beige, un brun, un noir.

Une plume de paon. J’en ai vu plusieurs, et j’ai testé.

Des tranches de pastèque (parmi mes chouchous). Les couleurs sont bien plus belles en vrai.

Et des cupcakes! Adaptés du patron de Drop design. Celui-ci à l’attache en bas et est donc pendu la tête en bas, mais l’autre l’a près de la cerise.

Et pour finir, un Totoro 🙂

Défi du 23 conjurer le sort : une pochette (encore)

À la base je voulais faire une culotte Bel Air (déjà coupée), et puis j’ai oublié. Décembre approche, ma mémoire fout le camp tout doucement…

Une pochette double, donc, pour un grand garçon de 8 ans qui doit y mettre sa carte de cantine, un peu d’argent et d’autres petites choses peut-être.

J’ai fait un essai hier, d’une pochette doubléeJ’avais l’intention de faire la pochette du Bungalow, mais finalement J’ai simplifié au maximum. La poche avant est doublée juste sur le devant, le zip est cousu sur le plus grand rectangle, et le zip principal est sur le haut de la pochette. Mais je trouve que la doublure le déforme un peu.

Du coup ce matin, j’ai eu envie d’en faire une autre, encore plus simple puisque non doublée.Faite en quelques minutes 🙂

J’ai une idée pour une autre pochette, avec une poche sur le devant et une sur le dos. À voir….

<3 Depuis toujours et pour toujours.

Protections anti-fuites urinaires.

Voilà un sujet anti-glamour au possible, mais qui empoisonne la vie de nombreuses femmes, partout dans le monde. Les rayons des hyper marchés sont de plus en plus conséquents.

J’ai mis du temps à concrétiser ce projet, pour quelqu’une qui met un fric fou dans le protections anti-fuites urinaires qui lui sont devenues indispensables jour et nuit.

J’ai commencé par un modèle que je trouvais grand (genre grands serviette hygiénique de nuit), avec  3 épaisseurs intérieures (2 de jersey moyen et une d’éponge de bambou), du jersey de coton pour le dessus (contre la peau) et du tissu enduit léger pour le dessous.Pour garantir un maximum d’imperméabilité, je n’ai cousu les inserts que sur le jersey du dessus. Et j’ai juste surjeté le tour, pour éviter les surépaisseurs (et aussi pour la rapidité).Mais après un essai la nuit, cette garniture s’est avérée trop petite et trop mince. Elle a été testée aussi pour le jour : nickel.

En me basant sur une garniture du commerce, j’en ai alors redessiné une plus grande et plus large et plus longue, avec des élastiques sur les côtés. Et j’ai pensé aux couches que j’avais fait à ma fille, avec des inserts amovibles qui se glissaient dans un gousset (dans lequel on peut mettre aussi des carrés en microfibre pliés en 2 ou plus), pour un séchage beaucoup plus rapide. Comme elle est plus longue, elle ferme par 2 pressions.Le « trempeur » est de la forme du grand insert. C’est juste une double épaisseur de jersey moyen dont j’ai surjeté le tour.Validée après une  nuit d’essai 🙂

J’ai une commande pour en faire d’autres, ça en sera fini des jetables. 🙂

Il faut aussi que je fasse une pochette pour mettre celles de jour.

Si certaines ou certains ont des trucs en plus à me soumettre pour plus de confort, d’ergonomie ou de praticité, je suis preneuse!

Et j’ai bon espoir de participer au défi « coudre pour nos hommes » de Nabelmumu : à rendre pour le 10 novembre il me semble. Un jean pour mon pêcheur 🙂

Postavrac

Encore une fois, n’ayant pas eu le temps de bloguer quelques cousettes, j’en fais un  nouveau postavrac.

Tout d’abord une Arum, cousue il y a 3 ans mais non bloguée, dans laquelle je ne pouvais plus rentrer. Taille 42, tissu du marché.Plus dernièrement, j’ai cousu un Plantain d’anniversaire. Taille 44, coupon offert. L’encolure a été légèrement remontée et le bas agrandi d’une dizaine de cm.Et puis des culottes. La première que j’ai juste eu à finir, les élastiques étant épinglés. Elle m’attendait depuis un an 1/2 (cousue trop petite à l’époque). (photo pourrie, mais c’est la seule que j’ai). Modèle Ottobre d’il y a longtemps, taille 42, chute de jersey du marché, élastiques Les coupons d’Inès à Troyes.Et puis 2 autres pour mafillechérie, dans les dernières chutes d’une robe.Et pour finir ce postavrac, un essai de poches. J’ai découvert l’instagram de #dokhtani et sa si simple manière de faire ce type de poches. Je m’y suis essayée dans la foulée. J’ai passé 5 minutes maximum par poche! Bon, cela manque un peu de précision, mais c’était juste pour vérification de la méthode, je m’appliquerai beaucoup plus en situation.