Protections anti-fuites urinaires.

Voilà un sujet anti-glamour au possible, mais qui empoisonne la vie de nombreuses femmes, partout dans le monde. Les rayons des hyper marchés sont de plus en plus conséquents.

J’ai mis du temps à concrétiser ce projet, pour quelqu’une qui met un fric fou dans le protections anti-fuites urinaires qui lui sont devenues indispensables jour et nuit.

J’ai commencé par un modèle que je trouvais grand (genre grands serviette hygiénique de nuit), avec  3 épaisseurs intérieures (2 de jersey moyen et une d’éponge de bambou), du jersey de coton pour le dessus (contre la peau) et du tissu enduit léger pour le dessous.Pour garantir un maximum d’imperméabilité, je n’ai cousu les inserts que sur le jersey du dessus. Et j’ai juste surjeté le tour, pour éviter les surépaisseurs (et aussi pour la rapidité).Mais après un essai la nuit, cette garniture s’est avérée trop petite et trop mince. Elle a été testée aussi pour le jour : nickel.

En me basant sur une garniture du commerce, j’en ai alors redessiné une plus grande et plus large et plus longue, avec des élastiques sur les côtés. Et j’ai pensé aux couches que j’avais fait à ma fille, avec des inserts amovibles qui se glissaient dans un gousset (dans lequel on peut mettre aussi des carrés en microfibre pliés en 2 ou plus), pour un séchage beaucoup plus rapide. Comme elle est plus longue, elle ferme par 2 pressions.Le « trempeur » est de la forme du grand insert. C’est juste une double épaisseur de jersey moyen dont j’ai surjeté le tour.Validée après une  nuit d’essai 🙂

J’ai une commande pour en faire d’autres, ça en sera fini des jetables. 🙂

Il faut aussi que je fasse une pochette pour mettre celles de jour.

Si certaines ou certains ont des trucs en plus à me soumettre pour plus de confort, d’ergonomie ou de praticité, je suis preneuse!

Et j’ai bon espoir de participer au défi « coudre pour nos hommes » de Nabelmumu : à rendre pour le 10 novembre il me semble. Un jean pour mon pêcheur 🙂

C’est revenu!

Une semaine sans internet, et même pas morte 😉
J’en ai profité pour avancer dans mes cadeaux de Noël, donc pas de photo pour l’instant.

J’ai fait aussi une nouvelle couche à ma fille qui grandit. Une autre toute pareille (de couche, qu’il n’y ait pas de méprise) est en attente de finition.


Elle est confortable et relativement bien étanche.
J’avais des appréhensions avec le velcro, que je trouve pratique mais un peu désagréable à l’usage, mais là c’est nickel, la couche se règle bien et sur les côtés j’ai fait une bande de précaution en polaire doux à côté de la bande de dur. Je replie le dur sur le doux et il s’accroche pas au reste du linge pendant le lavage.

L’extérieur est en pul, je pense, l’intérieur en polaire microfibre. Le tout acheté au marché.

Ma première couche lavable

Je sais que le tissu est très moche, mais comme c’était celle d’essai…
En tout cas, je la trouve réussie, y a plus qu’à faire le crash-test.

C’est une couche à poche, la voilà avec ses trempeurs : un en chanvre et l’autre en coton bouclette. J’en referai, 2 c’est trop léger pour la nuit.Intérieur micro polaire pour effet fesses au sec.

Pour la prochaine, je prendrai un tissu beaucoup plus beau, du chais pas quoi enduit et imperméable imprimé, mais je crois que j’essayerai de surjeter le tour de la couche.
J’ai mis du velcro pour la fermer, car je n’ai que des pressions en acier (avec système manuel) et j’avais pas envie de galérer à calculer où les placer, ni surtout de prendre le risque qu’une lâche en cours de route.
Le velcro a l’air très efficace comme système de fermeture et j’ai cousu une bande de doux à côté du dur pour pouvoir le replier dessus pour le lavage.

En fait j’ai envie d’acheter une presse à pressions Kam, ici. Si certaines d’entre vous en ont une, tous vos avis sur ses avantages et ses inconvénients sont les bienvenus.

Je viens de voir qu’il y a un échange en projet, de bonnets/bérêts/écharpes ici. C’est une bonne idée, un p’tit échange vite fait. Si ça vous dit aussi…