Long night

Vu chez Batilou, impossible de résister.
J’ai bien cherché dans mes stocks une laine qui corresponde à l’échantillon et j’ai enfin trouvé : de la Bergerama de BDF et un cône de laine fine alpaga ou je sais plus quoi.
Le patron est simplissime, mais quand je le referai je tricoterai les manches en rond.
Le problème du modèle pour moi, c’était les manches courtes. La solution : des manches amovibles, tricotées en rond en magic loop. Je m’en ferai d’autres, pour varier les plaisirs..

Très agréable à tricoter et un minimum d’effort pour un maximum d’effet.

J’ai aussi fait un gilet à ma tifille, mais pas encore pris en photo...

Tic tic tic tic tic

Je suis tombée dans la faille spatio-temporelle du bout de mes aiguilles et de tout le reste.

Des chaussettes, encore et toujours, le petit tricot sympa et facile qui s’emporte partout et se dégaine et se remballe facilement .
Ca donne trop rien à plat, mais aux pieds c’est plutôt pas mal.

Et pour ma tifille qui n’en avait à sa taille, un gilet bidouillé d’après un modèle phildar.
Tricoté en un seul morceau sans couture (j’adore), en partant de l’encolure.
Je n’ai pas voulu faire de bande de boutonnage, et voilà le résultat, il tourne dans le bas. Si quelqu’une a une solution pour que ça ne roulotte pas, je suis preneuse et reconnaissante…

Et pis j’ai voulu créer un châle, d’après le système déjà éprouvé précédemment. Je l’ai appelé Pénélope, je vous laisse deviner pourquoi. Pile 420m de laine.

J’en ai fait un autre, avec une bordure différente, pas encore pris en photo.
Qu’est-ce que j’aime tricoter les châles.

Je compte faire un tuto, en travaux pour l’instant. J’aimerais bien faire des belles grilles à l’ordi comme dans les tutos en ligne, mais je n’ai aucune idée de comment on fait, donc je le fais à l’ancienne, sur du papier quadrillé.

Gilet rouge

Le p’tit dernier, tricoté sans couture, avec un point que j’adore et que j’avais déjà utilisé pour un gilet de bébé il y a quelques années.
Je me suis toujours dit qu’un jour j’aurai un gilet à moi dans ce point, voilà un rêve réalisé 😉

Il est court comme je voulais, mais les manches un peu plus courtes que je pensais, mais bien quand même.

Mon LFPS

Tout le monde connaît le célébrissime Lady February Sweater de Pamela Wynne, tricoté en un bel ensemble sur le LFS blog et le KAL LFS, qui proposent la traduction française du modèle (cool!)

Alors, le mien, pourquoi LFPS? C’est mon lady february Pénélope sweater, que j’ai tricoté, détricoté, retricoté, redétricoté, reretricoté, etc. et ça, dès le début, à tel point qu’à un moment j’ai voulu le mettre de côté. Mais je lui ai laissé une dernière chance, et bien m’en a pris!

Bon alors, of course, j’ai trafiqué, c’est pour ça aussi tout ce détricotage etc…
J’avais repéré ce magnifique poncho, sur le blog de Christine, qui traduit gracieusement des modèles anglais en français.
Mais les ponchos, j’aime pas vraiment pour moi, je préfère quand ça s’ouvre devant.
N’empêche, j’ai repris les points pour mon LFS.

Le danger de tricoter un FLS : devenir illico accro au système sans couture.

Je cogite déjà sur mon prochain, avec empiècement pas au point mousse…

Turlututu chapeau pointu

En flânant sur le net je suis tombée sur le stacked hat de Kathy Delsignore et je n’ai pas résisté une seconde.
Voici le mien, que j’adore.
Tricoté avec une aiguille
circulaire, 80 mailles, qui correspondaient à mon échantillon et à comment je le voulais serré.

Et un p’tit gilet noir, toujours à l’aiguille circulaire, pour essayer la technique sans couture (juste une petite sous les bras, 3 fois rien, quoi :-)).
C’est la technique que je préfère, je déteste faire les coutures des pulls et gilets.
D’après ce modèle de Garnstudio.
J’ai fais des côtes 2/2 entrecoupées de torsades sur 6m., et un col montant, toujours avec les mêmes côtes. Sinon, comme mon échantillon correspondait exactement à celui du modèle, j’ai suivi les explications à la lettre.
Le prochain sera un peu plus long, sans côtes (sûrement des godrons à la place), et plus cintré à la taille.

Toujours en me promenant de-ci de-là, je suis tombée sur la couture en image de Krystalinette, idéal pour les débutantes.

Spéciale dédicace…

à Joline, centidéaliste convaincue et militante (mais comment faire autrement?).
Ce modèle faisait la couv d’un 100 Idées de 1986. Comme quoi il n’est jamais trop tard, hein.

Il n’est pas rouge, et je le regrette bien, y en a des chez moi qui disent que c’est un gilet de mamie…

J’aime beaucoup sa coupe, cintrée et avec les bas qui partent en biais (rangs raccourcis), mais c’est vrai que la couleur que j’ai prise me laisse assez sceptique.
Je le recommencerai certainement en rouge et sans fente dans le dos, avec peut-être une bordure au crochet.

PS. La laine utilisée : La petite lainière, achetée au marché (et oui, même la laine :-)).

Un gilet pas rouge

Non, pas tout rouge, mais tricolore.
Il vient de chez Berroco, modèle Montparnasse.
J’ai pu traduire aisément les explications grâce à Christine, qui a mis en ligne un lexique tricot anglais-français très complet. Le modèle est ultra simple, j’apporterai quelques modifications au prochain (très certainement rouge ;-)).

Le grand côté au-dessus
Le petit côté au-dessus (mon préféré)

Le dos
Le côté décalé.
Très agréable et facile à faire.
La broche est une fleur au crochet cousue sur une épingle à nourrice.

Une autre robequitourne

J’aime vraiment bien ce patron, décidément. Faut dire que ça va tellement vite à faire!
Une version jupe ronde ce coup-ci. Le haut est plutôt fushia.

Elle avait pas de bléro assorti, ma pauvre tifille 🙂
Il est bordé d’un roulotté 3 fils dont un nylon et j’ai laissé la chaînette de la surjeteuse dépasser, ça fait un petit tire-bouchon, j’aime bien. C’est un boléro d’un fait main rebidouillé pour qu’il ferme par un noeud devant.


Sitôt faits, sitôt adoptés, elle aussi elle adore ce modèle. Les vraies couleurs sont plutôt celles de cette photo.

Une commande honorée, une!

A la demande d’un jeune homme (demande de plus en plus pressante au fur et à mesure que les vacances s’écoulaient), je lui ai fait un gilet. Devant simple avec col et zip contrasté (le seul de cette taille que j’avais encore en stock à vrai dire).

Mais une application dans le dos, en tissu africain. Il la voulait pour aujourd’hui, ouf, mission accomplie (terminée à 1 h du mat).
Elle lui plaît, il en veut une autre…

Elle est en sweat-shirt, l’appliqué en coton tissé. J’ai mis de la triplure thermocollante sur l’envers du dos, pour rigidifier le sweat-shirt et l’empêcher de gondoler sous l’application du tissu.
Heureusement, il a choisi l’option cool et rapide : un petit zig-zag à environ 5 mm des bords du motif, plutôt qu’un point bourdon tout autour du motif.