Tunique et pantalon (japonais)

Premier patron japonais enfant que je teste, la petite tunique.
J’ai fait une variante : la parmenture d’encolure à l’extérieur (et j’ai fait la fente trop grande, les boules).
Il manque encore un petit quelque chose…
Deux petits boutons et un lien de boutonnage plus tard, elle me plaît à fond 🙂


Emballée par le résultat, je lui ai fait un pantalon dans la foulée…
J’ai rajouté 3 cm en haut pour faire une coulisse intégrée et 9 cm aux jambes parce que c’était un pantacourt et qu’on va plutôt vers l’hiver.
Je me suis juste gourée, il fallait poser une coulisse apparente et y glisser un élastique, j’ai froncé et posé un biais (maison, fait dans le droit fil).
J’aime beaucoup comme ça aussi et ma tifille adore.

Conclusion, : les patrons japonais pour enfants sont aussi tops que ceux pour adultes.

Robe d’inspiration japonaise

Dans mes livres de couture japonais, les détails d’une robe me plaisaient à fond, mais la coupe un peu moins (et je sais pas si ça va à mon corps).
J’ai donc mixé un patron burda (la coupe) avec le patron japonais (les pinces apparentes) et je suis trop contente de l’avoir fait comme ça!
En vrai, elle est noire, bien noire, en jersey lycra.

Et comme on était de sortie hier soir et que j’avais rien à me mettre, j’étais bien obligée de me faire une petite jupe (patron : bas de la robe). Je l’adore aussi et en plus, elle est faite en 20 mn!

Patrons japonais, suite

Sur le Jca’s blog, j’avais repéré un pantalon (proposé par Facilecécile) et une jupe (proposée par Marili) qui avaient l’air super faciles à faire.
Et ben je m’étais pas trompée, ils sont en effet super faciles à faire, et du plus bel effet.
Bon, pour tout vous avouer, j’ai quand même apporté quelques petites modif au patron :
il est extrêmement facile à reprendre , mais il me paraissait trop très large, alors je l’ai un peu rétréci. Je l’ai fait en un seul morceau et j’ai plié une bande verticale de 3 cm sur la hauteur (j’ai plié à la jointure entre le dos et le devant), ce qui lui a enlevé 6 cm d’ampleur par côté.
Je voulais aussi enlever 4 cm en hauteurde taille pour le prochain, mais finalement ça va comme ça.

Détail du bas froncé.
J’adore la coupe et il est super agréable à porter. Je vais me le refaire en noir.

Sur la jupe j’ai mis un haut qui remonte sur le devant, damned. Je l’aime bien aussi.
Par contre j’ai fais aussi les plis derrières, et je vais lui faire une fente parce que c’est dur dur de faire des grands pas.

Et pour finir, le porte-clefs que j’adore que Muvapa m’a envoyé. Il a toutde suite trouvé sa placedans mon sac et une belle histoire d’amour a débuté entre mes clefs et lui.

Et aussi de belles choses faites avec de la récup, de la matière grise et beaucoup de goût, que j’ai vues ici!

Et de un!

Vous vous souvenez de ce livre que j’adore et que j’idôlatre?

Dedans j’ai vu ce charmant petit haut entrelacé (à gauche)

J’ai coupé le patron magique de la taille que je pense être la mienne (à revoir d’une taille en haut, je pense). Ici le devant prêt à être transformé.

Et transformation selon les schémas (les explications en japonais, j’y ai rien compris, en fait)


Mais une fois le tissu coupé, aïe, impossible de l’épingler sur moi.

Alors je me suis rappelée de la précieuse recette miracle de mannequin maison donnée par Jianel.
J’ai attendu (très patiemment) que ma soeur rentre chez elle. Et j’ai bien fait, elle m’a bien saucissonnée dans le scotch (prévoir de respirer avant) et coupé l’armature du mannequin dans le dos sans couper le soutif, merci ma soeur ;-).
Je l’ai rembourré, patiemment encore, incroyab’ tout ce qu’il faut mettre comme papier et chutes de tissus pour qu’il prenne forme, j’en voyais plus le bout.

Mais le gros problème, c’est que je me tiens pas droite du tout, chuis deg.
Enfin, pas grave, ça marche quand même et j’ai pu (patiemment, toujours) épingler les bandes et les coudre. Trodlaballe!
Et pour le prochain, je ferai super gaffe de rester droite.

Pour pouvoir le mettre (et l’enlever aussi), j’ai mis un zip sur un côté

Et comme il y avait un moche pli en haut du côté feuille, je l’ai redirigé pour que ça fasse un losange en haut.
Je suis bien contente de moi, même s’il a des défauts, mais quel boulot!
Transformer le patron c’est long et minutieux, placer les bandes entrecroisées et les solidariser, c’est super long aussi.
Et mon mari m’avait dit de le faire total rouge, j’aurais dû l’écouter…

Jupe à trous-trous

Et non, j’arrête plus avec le magic patterns, et je crois même avoir compris le principe du patron magique, justement, faut que je vérifie dès que j’aurai accès à une photocopieuse (viiiiite!!!).

Dans mon livre magic patterns, donc, il y a cette jupe, avec les schémas pour la faire. Alors je m’suis dit : pourquoi pas?
J’ai suivi les explications (enfin, les schémas), modifié un peu pour pouvoir rentrer dedans (et fait aussi un peu à ma sauce pour placer les « tuyaux »), tracé, coupé, cousu…

Et voilà ma jupe, coupée toujours dans le même tissu pour modèles d’essai, donc du jersey à la place d’un tissé. Mais c’était juste pour voir si ça marchait.
J’ai fait 2 tuyaux pour voir aussi…
Et comme c’est un modèle d’essai, je ne me suis pas du tout préoccupée du droit fil (mais est-ce qu’on peut vraiment???), et je n’ai fait aucun repère de couture.
C’est un peu comme un patchwork, en fait.
Et bien ça marche! Même si j’ai fait les tuyaux trop fins par rapport au modèle du livre et à mon goût aussi. Ce qui veut dire que je dois refaire entièrement le patron, damned! (11 morceaux, quand même)

De dos.

J’aime bien, et c’est assez simple à faire, finalement 🙂
Faut que je trouve le tissu idoine pour faire le modèle à porter.

Assez contente de moi

Après avoir réfléchi quelques heures (pas grave, je suis habituée), j’ai transformé un patron comme sur mon livre japonais Magic patterns. Bon, comme c’est en japonais, j’ai pas tout compris aux instructions, alors j’ai adapté, pour les écarts et les découpes. Mais c’est assez ressemblant quand même.

Je pense avoir saisi le concept 🙂
Sur mannequin (chuis seule à la maison avec ma tifille qui sait pas encore prendre les photos, quel dommage)

De dos
Je trouve que je m’en suis pas si mal sortie, pour une première, surtout que le patron est à peu près à mes mesures, mais pas du tout à ma morphologie..
Je l’ai faite en jersey, dans un tissu très « électricité statique » qui peluche très vite et qui me sert à faire mes modèles d’essai. Le patron est tiré et adapté d’un Burda (j’ai dû déplacer 2 pinces, là aussi, une première pour moi).
Et faut que je rectifie un chouïa le droit fil…

Je vais retenter dans un autre tissu.

PS. Enfin un grand dans la maison : la tunique portée