Couture de la semaine part 1

Une robe japonaise, la 3 du Simple chic. Sous un arbre… Un haut tiré du burda de juin 2007
La coupe est originale (raglan devant, manches montées derrière), mais ça baille un peu sur le devant et j’ai rajouté une bande d’encolure pour resserrer le décolleté. Le tout en jersey lycra, du marché.

Escargot go go…

Un sweat pour un petit garçon.
L’escargot est dessiné par ma tifille.
J’ai pu étrenner mes étiquettes, arrivées hier de chez ma souris préférée 😉
J’ai fait comme elles m’ont conseillé: gardé le nez rouge et cousu l’étiquette à l’intérieur.
Pour faire ce sweat, j’ai utilisé toutes mes machines : machine à coudre, surjeteuse et recouvreuse (sont pas beaux ces ourlets?). Et même une aiguille actionnée par ma main droite, pour la broderie et les boutons 😉

Mon objectif de la journée est atteint (c’était aussi celui de dimanche dernier…), hourra!
J’ai fait quelque chose d’autre aussi, mais comme c’est pour une surprise, je montre rien pour l’instant.

Haut moit-moit et jupe

Ca faisait (ah, comme j’aime l’emploi de l’imparfait!) des années que je voulais reprendre et modifier le patron d’un de mes hauts, que je mets très rarement pour cause de manches 3/4, donc trop chaud quand il fait beau, mais trop léger des avants-bras quand il fait froid.

Deux devant-dos avec une manche…
A porter comme ça
Ou comme ça!
Et en plus, c’est même pas un patron japonais.

Tiens, en parlant de patron japonais….
Ma dernière jupe.

Japonaiseries et nouvelle bannière

Tous tirés du même livre : Simple chic.
Un haut raglan et un pantalon large. J’ai repris l’entrejambe du pantalon d’après un patron Burda qui me va bien et j’ai fais une coulisse élatiquée à la taille.

La robe de couverture, en rouge.
Par contre, comme j’aime être à l’aise, je les ai tous réalisés en jersey lycra plutôt qu’en coton ou tergal.

Et je voulais dire un gros et grand merci à ma souris à plumes pour ma nouvelle bannière, que j’adore. Elle m’en a fait l’excellente surprise ce matin.

Rhabillage d’hiver : les sous-vêtements

Ma pôv petite chérie n’avait plus que des maillots de corps à manches trop courtes, galère pour les tenir en enfilant une autre fringue.
Quelques chutes de tissu et de surjeteuseries plus tard…

J’ai bidouillé un patron de fait main, d’après les mesures d’un de ses maillots.

PS. du 21.11 : Le patron vient donc du « Fait Main » de septembre 2002. J’ai mesuré sur le patron la taille à laquelle correspondait son maillot de corps : ici taille 3 ans alors qu’elle fait une taille 6 ans pour les fringues.

PPS. Isabelle, impossible d’accéder à ton blog ou mail en cliquant sur ton lien, envoie-moi un mail si tu veux plus de précisions (faut aller dans « mon profil »)

Rhabillage d’hiver

Un sweat shirt tout simple, kaki, avec une poche kangourou et une capuche, super vite fait.
Patron Burda enfants, du temps où ils en sortaient un par trimestre, avec les fringues dans toutes les tailles (stature 152-158 : plus de 60 cm de largeur de devant et de dos! J’ai juste rallongé le corps et les manches).
Tissu du marché, donné par ma soeur 😉
J’ai adapté la capuche d’un autre sweat et fait la poche à la taille qu’il voulait.

Bientôt des autres…

Tunique-tablier

Je l’ai (vite) faite mardi matin, dans un tergal gris (modèle d’essai). C’est un système de pliage cousu qui lui donne son tombé.
Les bretelles sont en popeline noire surpiquées.


Je voulais faire une application, mais vu le temps que je mets à réfléchir et à me décider, j’ai préféré la laisser simple, avec juste ma broche crochetée.
J’ai fait le haut à manches longues il y a quelques années et le pantalon il y a quelques mois.
Tous les tissus viennent du marché.

sweat shirt

Un sweat-shirt que j’ai retrouvé par hasard dans un placard.
Je l’ai fait il y a une quinzaine d’années.
J’ai cousu du lacet (je pense qu’on peut l’appeler comme ça) sur les pièces du sweat, puis j’ai cousu les étiquettes et après j’ai brodé sur le chemin. Quand j’étais à cours d’inspiration, ma soeur me disait quoi faire (un cochon, une barrière,…).
Quand tout a été brodé, j’ai assemblé les pièces.
J’ai beaucoup aimé le faire, on a passé un bon après-midi, ma soeur et moi.


Tunique et pantalon

Le lainage maille de la tunique m’a été offert par une copine, le lainage tissé du pantacourt acheté au marché (3€ le m.)
Ca fait un chouette petit ensemble pour l’hiver, non?
J’ai fait plusieurs tuniques et plusieurs pantacourts avec ces patrons, qui sont rapides à coudre et confortables à porter.
Le pantacourt a une taille « plate » sur 24 cm devant et est élastiquée sur le reste, j’ai repris le patron sur un pantalon déjà tout fait qui allait bien et je l’ai bidouillé avec un patron Burda pour choper le droit fil. Il tombe impec.
Comme j’en ai fait quelques uns, j’ai changé certains détails : plis plats en bas pour un, boutons en haut de la fente pour un autre, bord en dentelle pour un autre encore, etc.
Le patron de la tunique vient d’un Fait Main.

PS : ces fringues ne sont pas les miennes!!! Je les ai faites en cadeau 🙂
Je ne porte JAMAIS de brun ou de beige ou de kaki

Ma surjeteuse chérie que j’aime

Une robinette et le petit sweat pour aller avec, faits l’hiver dernier dans des chutes. C’était un essai pour voir coment ça faisait, des coutures extérieures à la surjeteuse.



Le jean a des défauts de couleurs que j’aime bien.
J’avais deux chutes un peu plus larges que la robe. Je les ai surjetées en bandes asymétriques et j’ai posé mon patron dessus.
L’étiquette est un bout de galon
(et si j’avais fait plus gaffe en repassant, elle rebiquerait pas)



Le sweat n’a que les coutures latérales non apparentes. Pour faciliter l’enfilage et le désenfilage, j’ai posé une fermeture éclair.
Le flasch a malheureusement délavé un peu les couleurs

(et fait une petite tache devant, grr!).

Donc les coutures extérieures à la surjeteuse, c’est beau (j’adoooore!), mais petit-à-petit, y a des fils qui tirent et ça fait moins beau (mais beau quand même).