Encore des bestioles…

J’avais commencé ça dès la rentrée, mais j’ai eu petit coup de mou entre-temps.

Mon premier est un oiseau rose, sur du wax que mon mari chéri m’avait ramené d’Afrique.

Mon deuxième est un zèbre dans un fourré (et oui, j’adore les zèbres, impossible de résister).

Mon troisième est un singe bien planqué derrière le fourré,

Mon quatrième est une girafe, à l’étage supérieur

Et mon tout est : le nouveau sac de couchage de ma Cocotte pour faire la sieste à l’école.sac couch1
Faut que je fasse l’oreiller qui va aller avec : un nuage (yapluka).

Ajout du 2 octobre : les appliqués de Modestine (Framapa) sont superbes et valent le déplacement (avec un clic ;-))! Regardez bien tous les petits détails et la délicatesse de la réalisation et du quilting, c’est un vrai régal pour les yeux.

Ajout du 4 octobre : le charmant poème que ce sac de couchage a inspiré à Charlotte.

Un zèbre me regarde
Son oeil rigole et me nargue
Je boude, je me cache de ses yeux
Puis finalement tout doucement
Je le laisse m’entraîner
Dans ce pays enchanté
Où il suffit de rêver
Pour être exaucé.

Ma première couche lavable

Je sais que le tissu est très moche, mais comme c’était celle d’essai…
En tout cas, je la trouve réussie, y a plus qu’à faire le crash-test.

C’est une couche à poche, la voilà avec ses trempeurs : un en chanvre et l’autre en coton bouclette. J’en referai, 2 c’est trop léger pour la nuit.Intérieur micro polaire pour effet fesses au sec.

Pour la prochaine, je prendrai un tissu beaucoup plus beau, du chais pas quoi enduit et imperméable imprimé, mais je crois que j’essayerai de surjeter le tour de la couche.
J’ai mis du velcro pour la fermer, car je n’ai que des pressions en acier (avec système manuel) et j’avais pas envie de galérer à calculer où les placer, ni surtout de prendre le risque qu’une lâche en cours de route.
Le velcro a l’air très efficace comme système de fermeture et j’ai cousu une bande de doux à côté du dur pour pouvoir le replier dessus pour le lavage.

En fait j’ai envie d’acheter une presse à pressions Kam, ici. Si certaines d’entre vous en ont une, tous vos avis sur ses avantages et ses inconvénients sont les bienvenus.

Je viens de voir qu’il y a un échange en projet, de bonnets/bérêts/écharpes ici. C’est une bonne idée, un p’tit échange vite fait. Si ça vous dit aussi…

Trop d’la balle!

En faisant un petit tour de blogs en fin d’après-midi, je suis tombée sur un blog qui donnait cette adresse, et franchement, c’est carrément génial pour les enfants : c’est plein de petits jeux, de petites chansons,…
Consoeur bloggueuse qui avait mis ce site en lien, si tu passes par ici, fais-toi connaître, je te suis extrèmement reconnaissante de me l’avoir fait découvrir, et ma tifille encore plus! Malheureusement, elle a quitté tout sur l’ordi avant que j’aie eu le temps de te mettre un commentaire :-(.

A part ça, hier soir j’ai fait un chapeau de pluie à ma grenouille, dans les chutes de la toile cirée qui restaient du sac de plage. Je le trouve superbe, mais je n’ai plus d’APN pour l’instant, donc je mettrai les photos plus tard.

Le jour et la nuit

Papillon vole,

zèbre traverse la savane,

poissons nagent dans la mer.

Voilà le 1er tapis de jeu (enfin, je l’ai fait en double, pour 2 petits garçons différents) dont je suis fière. J’ai varié au maximum les matières : cotons, peluche, polaire, satin, fourrure rase,…
Après de longues discussions téléphoniques avec l’une de mes soeurs (qui devait aussi en faire un de son côté), nous sommes tombées d’accord sur ces thème : un côté savane le jour, un côté mer la nuit.


Malheureusement, elle n’a pas pris le sien en photo. C’est une de mes grandes frustrations, car ces 2 tapis de jeu, faits au même moment à des centaines de km de distance, sont totalement différents (dixit ma soeur ;-)).

******

Et comme *Blogger refusait de mettre mes photos pendant un certain temps, j’ai fait comme Alanis, je suis partie à l’aventure, par ici, ou encore par là, ou chez les gros manches.
Ou encore parce que ça me fait trop marrer.
Et j’allais presque oublier celui-ci, que j’ai vu chez Clara. Une pure merveille.

Mes deuxièmes sacs

Au départ, ce tissu que j’ai vu à Mondial*Textile et qui m’a gravement tapé dans l’oeil.


Comme je n’arrivais pas à me décider sur les rayures qui iraient le mieux avec, j’ai pris 50 cm de chaque ;-).


Je voulais faire un sac sur le même principe que celui de ma cops, mais avec une forme plus adaptée aux motifs du tissu. Un rabat « pétale » m’a semblé du plus bel effet, sur un sac un peu arrondi.


Résultat : 3 sacs différents (avec, certes, un air de famille), pour 3 personnes différentes (le mien est celui du milieu).
Le bouton pour attacher le rabat est une fleur crochetée cousue sur un bouton pour la rigidité.


Et une poche plaquée derrière, en plus des poches intérieure.


Merci à mes soeurs qui m’ont très patiemment (comme à leur habitude), donné leur avis sur « comment et avec quelles rayures » (mais elles avaient des opinions divergentes ;-)).

Sac de plage

Je voulais tester la couture sur toile cirée et la pose d’une fermeture éclair sur un sac.
Le modèle idéal : un sac de plage.
Ca tombait drôlement bien, j’avais dans l’idée d’en offrir un.



J’ai repris un modèle tiré, il y a très longtemps, de « Couture passion » de Singer, et que Bambou explique très bien dans son tuto de sac de plage.

Mais j’aime pas les sacs qui ferment pas, alors je me suis inspirée d’un des miens pour la fermeture. C’est hyper simple, suffit de coudre la fermeture entre 2 bandes de parmentures de la longueur d’un côté du sac.

Pour piquer ensuite le haut du sac et que tout se réemboîte : endroit de la parmenture (fermeture grande ouverte) contre endroit du tissu (avec les anses positionnés) puis endroit de la doublure contre envers de la parmenture. Piquer ces 3 épaisseurs ensemble puis retourner par la fente laissée dans le fond de la doublure.
Faire une surpiqûre, coudre le fond de la doublure et c’est fini!

Mais attention! Pour que la toile cirée ne se déchire pas, il faut coudre à points assez grands (et je crois que mes points sont limites, on verra à l’usage…).

J’vous fais un p’tit paquet?

Avec quelques (belles) feuilles de papier, du fil de couleur (ou pas), une machine à coudre et des ciseaux, on peut faire des paquets cadeaux originaux et très vite faits.


Ici il fallait 3 feuilles pour contenir un livre un peu large. Je les ai cousues ensemble de manière à faire un cylindre , puis j’ai « vaguisé » les coutures. On peut aussi prendre des ciseaux cranteurs, laisser une large couture et perforer avec ces si mignonnes perforatrices qui font des trous de toutes les sortes, prendre du papier cadeau…
Ensuite, faire la couture de fond, inserrer l’objet à offrir (c’est sûr que c’est beaucoup plus facile quand c’est plat) et coudre la dernière couture qui fermera le paquet.


Et voilà! En quelques minutes, vos cadeaux sont emballés, sans galère de scotch et autres (je suis une piètre emballeuse de cadeaux avec la méthode classique).

Pour les petits cadeaux (genre cd ou petits livres), une feuille A4 pliée en 2 et cousue sur les 3 autres côtés suffit.

Rectificatif : pour les cd, 2 feuilles sont nécessaires (j’en ai emballé un cet aprem ;-)).

Ma surjeteuse chérie que j’aime

Une robinette et le petit sweat pour aller avec, faits l’hiver dernier dans des chutes. C’était un essai pour voir coment ça faisait, des coutures extérieures à la surjeteuse.



Le jean a des défauts de couleurs que j’aime bien.
J’avais deux chutes un peu plus larges que la robe. Je les ai surjetées en bandes asymétriques et j’ai posé mon patron dessus.
L’étiquette est un bout de galon
(et si j’avais fait plus gaffe en repassant, elle rebiquerait pas)



Le sweat n’a que les coutures latérales non apparentes. Pour faciliter l’enfilage et le désenfilage, j’ai posé une fermeture éclair.
Le flasch a malheureusement délavé un peu les couleurs

(et fait une petite tache devant, grr!).

Donc les coutures extérieures à la surjeteuse, c’est beau (j’adoooore!), mais petit-à-petit, y a des fils qui tirent et ça fait moins beau (mais beau quand même).

Lingettes lavables, re-suite

Donc, mes préférées sont : polaire/éponge et polaire/flanelle.

Pourquoi?
– la facilité à coudre (le velours de coton est beaucoup + extensible que les autres matières)
– la douceur (le jersey de chanvre est + rugueux)

Pour l’utilisation ou l’essuyage de lait de toilette et même de lotion, côté polaire, pour le reste, au choix.

Pour le démaquillage, s’en référer aux autres utilisatrices :
Hooly (qui a en + fait un tutoriel sur la fabrication desdites lingettes, sauf qu’au lieu de les couper une à une, j’ai coupé des bandes de la longueur du tissu, que j’ai ensuite recoupées en lingettes selon un gabarit, en superposant plusieurs bandes pour aller + vite)
Lilibulle
Flo du désert (Zola et les grenouilles)
Atelier naturel
Quilt
Sofye

J’espère que tous les liens fonctionnent et que les tests déjà effectués par d’autres bloggueuses vous aideront à vous faire une petite idée de la chose.